Huile de palme : ce qu'il faut savoir.

Publié le par walterwhite

  Tout le monde a peur de l'huile de palme depuis quelques temps... On se méfie de son action nocive sur le taux de cholestérol, le système vasculaire et cardiaque. Mais n'en n'est-il pas de même pour toutes les graisses mal utilisées...?

                                palmier.jpg                                       palmier-a-huile lightbox

Il semblerait que la vraie raison du problème de l'huile de palme aie été oubliée... Certains suggèrent que la rumeur sur la nocivité de l'huile de palme a été lancée pour discréditer ce marché juteux financièrement pour certains et pas pour d'autres, et que tout cela n'est qu'une histoire de taux de productions et de ventes d'huiles végétales concurrentes... Pourquoi pas ?

Mais il n'en reste pas moins que les raisons de boycotter l'huile de palme sont multiples, et d'importance.

Et le problème de santé posé par cette huile n'en n'est pas la raison principale. Car sa nocivité supposée ne viendrait que du fait qu'elle est mal utilisée : hydrogénée, employée en trop grande quantité, associée à d'autres substances comme le gluten,  les émulsifiants, les sulfates d'alumines, les sucres, et d'autres graisses, cuites à de trop hautes températures, cette huile devient nocive... Quelle graisse végétale ne le deviendrait pas ?

Non, l'huile de palme utilisée seule n'est pas plus nocive pour la santé que ne l'est l'huile d'arachide ou de tournesol. C'est son utilisation en trop grande quantité dans toutes les préparations industrielles qui en fait un produit nocif, au même titre que le gluten !


Mais c'est surtout la façon dont sont cultivés les palmiers servant à produire cette huile qui est un réel problème d'environnement depuis des années. Il est nécessaire de rappeler d'où vient et comment est produite cette fameuse huile de palme, car c'est là que réside le principal problème.

L'Afrique, l'Indonésie, la Malaisie sont les plus gros producteurs d'huile de palme. Des régions entières sont dévouées à  cette culture. Qui devient de fait une mono-culture intensive... Il en résulte alors une déforestation massive et totale, la disparition complète de tout l'éco-système environnant, la faune, la flore, les nappes phréatiques, tout est balayé par la culture unique de ces palmiers à huile... Au bout de quelques années, le désert s'installe, même les palmiers peinent à pousser. La région est dévastée. La misère s'installe. Telle une vague de sauterelles, les industriels trouvent une autre région fertile, et reproduisent la même chose. Les populations, appâtées par le gain facile et rapide, ne pensent pas aux répercussions à long thermes.

CulturePalmierHuile.jpg


L'Inde est un autre exemple de catastrophe écologique pratiquement passée sous silence.

Il y a de nombreuses années, l'Inde était fertile et ses cultures, à échelles humaines, ne donnaient pas un énorme rendement, mais nourrissaient les habitants des villages et villes qui s'y rattachaient. Puis vint la mondialisation, la nécessité de productivité pour faire partie du grand jeu de l'argent... Alors arriva Monsanto et son offre alléchante : produire 5 fois plus pour 2 fois moins cher avec 3 fois moins de travail... Les hindous n'ont pas hésité. Ils ont adopté la méthode Monsanto. C'est à dire la culture intensive d'un seul produit (céréalier, légumes) par régions entières. Mosantos vendait les semences, modifiées génétiquement, les engrais, les pesticides. Tout allait bien. Jusqu'au jour où la terre a commencé à mal se comporter... La terre desséchée et affamée par cette mono-culture intensive, ne produisait plus rien. Cette culture intensive avait détruit tout l'éco-système environnant, et de plus, polluée les nappes phréatiques et les cours d'eau. Des inondations, des glissements de terrains, des coulés de boue ont également été de la partie, car la terre aride, ne retenait plus l'eau et les arbres ayant disparus, plus rien ne retenait cette terre désolée...

Des habitants ont enfin compris que le problème venait de cette mono-agriculture, et ont décidé de réagir en parcourant les campagnes pour réapprendre aux gens à cultiver à plus petite échelle, sans engrais ni pesticides chimiques. Ce qui a convaincu les gens, c'est que même l'eau de leurs puits était empoisonnée, contenant mercure, strychnine, arsenic, etc... et que la mortalité infantile n'avait jamais été aussi élevée depuis le moyen-âge...

Note : le cynisme de l'histoire, c'est que certaines industries qui fabriquent les pesticides et engrais, ont également des laboratoires pharmaceutiques qui fabriquent des médicaments pour soigner les maladies qu'ont causé leurs propres produits chimiques...

plantation-de-palmiers-a-huile_940x705.jpg

 

L'Inde se réveille doucement, et se remet  à peine de cette vague de mondialisation et de ses conséquences sur l'agriculture et la pollution... Qu'en est-il de l'Afrique et des autres pays producteurs de l'huile de palme ? Petit à petit, certains pays se détournent également de la mono-culture. Mais souvent après en avoir fait les frais...

 

Alors jusqu'à quand faudra-t-il supporter d'être les jouets des grands groupes industriels de l'alimentation ?

Ils ont maintenant décidé après des années d'utilisation intensive que l'huile de palme n'était plus rentable... Ils lancent donc la mode du "sans palme". Et c'est ces mêmes industriels qui fabriquent ces aliments dits "sains" car sans huile de palme, et qui nous les vendent plus chers que les autres contenant de l'huile de palme...

Ne vous laissez pas berner. L'huile de palme n'est mauvaise que si elle est hydrogénée. Malheureusement, elle l'est pratiquement dans tous les produits de consommation courante... A vous de faire le tri, de bien lire les étiquettes, de vous informer sur ce que vous achetez et consommez. Vous remarquerez que certains fabricants ajoutent "huile de palme non hydrogénée"...  Et méfiez-vous, le bio ne fait pas toujours cas de l'éthique... Car le réel problème de l'huile de palme reste sa culture intensive au détriment de pays entiers...

RESTEZ VIGILANTS !

machu de très près

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article